Fêter Pâques confiné sans oublier son chocolatier

 

Ce dimanche, la France confinée fêtera Pâques. Mais au centre-ville de Mende, les Lozériens sont peu nombreux à venir chercher leurs lapins en chocolat. A la boutique Majorel, face au manque de clients et pour ne pas gaspiller la marchandise, on ne remplit plus les œufs de friandises. Les clients ne sont pas au rendez-vous et préfèrent acheter en grande surface selon la gérante.

Le magasin Jeff de Bruges, dirigée par Clélia Nibili, a un petit avantage. La gérante peut adapter son stock et commande toujours ses produits quinze jours avant Pâques. Mais cette année, pas besoin de garnir d’avantage les rayons.

 

Clélia Nibili

 

Comme certains de ses confrères, Clélia Nibili propose un service de livraison cette année, l’aidant à attirer d’avantage de clients. En mars, la chocolaterie Bringer venait tout juste de finir ses créations chocolatées à l’annonce du confinement. Tous les employés sont au chômage technique, il n’y a plus que le patron pour vendre les douceurs de Pâques mais il reste optimiste et espère une clientèle plus nombreuse ce week-end.

Tous le savent, le manque à gagner sera important cette année, avec Noël et la Saint-Valentin, Pâques représente un des temps forts de l‘activité annuelle des chocolatiers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :