Violences familiales : des solutions existent malgré le confinement

 

Depuis le début du confinement, les violences familiales ont augmenté de 30 %. Pour offrir des solutions aux victimes malgré le confinement, le gouvernement a annoncé la mise en place de systèmes d’alerte dans les pharmacies. En Lozère, le nombre de violences n’est pas en hausse mais les procédures prennent du retard. Valérie Lucas, directrice du Centre d’information sur le droit des femmes et des familles de Lozère.

 

Valérie Lucas

 

En ces temps de crise, le CIDFF continue de proposer ses services par téléphone avec juriste et psychologue et trouve, malgré le confinement, des solutions d’hébergement.

 

Valérie Lucas

 

 

Pour venir en aide aux personnes victimes de violences familiales, le gouvernement a débloqué un million d’euros. Il a également mis en place un numéro d’assistance, le 114, joignable par texto. A l’origine, ce numéro est dédié aux personnes sourdes et malentendantes, il permettra maintenant aux victimes de donner l’alerte discrètement et sans sortir de chez elles.

A Mende, le tribunal dispose toujours de téléphones grand danger qui peuvent être remis aux victimes afin de leur permettre de joindre facilement les secours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :