Déc 06 2012

ORINOCO // La Gaita Zuliana

Ecoutez l'émission en podcast :

Orinoco 6 décembre (en écoute clic gauche ou clic droit – "enregistrer sous")

Nous allons découvrir ensemble une musique propre à une région et à une époque, je dis bien une époque, car en dehors de mi-novembre mi-janvier, on ne peut pas écouter la Gaita. C’est quoi cette musique qu’on n’écoute que dans l’état de Zulia plus particulièrement à Maracaibo et entre mi-novembre et mi-janvier ? La Gaita. A l’origine la Gaita était un chant en hommage à différents saints : Santa Lucia, San Benito, la virgen de Chichinquirà, puis il y a eu des Gaitas dédiées à des personnes, des commerces. On s’aperçoit qu’elle est autant religieuse que profane aujourd’hui. On peut dire qu’elle est née des inquiétudes du peuple dans les premières décades du 19ème siècle. Traditionnellement la Gaita avait une connotation très religieuse, on peut dire qu’aujourd’hui elle est devenue définitivement un véritable instrument de critique et de protestation des gens humbles. Quand à l’origine de la Gaita Zuliana on ne s’engagera pas trop, tellement les commentaires vont bon train pour en définir l’origine. Ce que l’on peut affirmer sans trop se tromper, c’est que, comme toutes les musiques au Venezuela, elle résulte du métissage de trois traditions : européenne, africaine et amérindienne. Au début le Gaitero improvisait, aujourd’hui c’est un peu différent, les artistes traînent dans les quartiers de Maracaibo, au centre vers Santa Lucia, Empedrado et écoutent les gens discuter, se plaindre ou vanter quelque chose ou quelqu’un, ils s’en inspirent et préparent ainsi de nouvelles Gaita, souvent pour exprimer des craintes sur leur situation. Particularité de la Gaita, elle a ces crus millésimés. Chaque année, les groupes Gaiteros composent de nouvelles chansons pour la saison à venir. Les amateurs classent les Gaitas selon l’année de leur création et récompensent la « Gaita de l’année » lors de festivals spécialisés dans le genre.


Les instruments traditionnels :
– el Furro ou Furuco, un membranophone à friction, comme un tambour dont la membrane est percée au centre pour laissé passer un axe en bois, que l’on frictionne et qui est vraiment propre a la Gaita.
– le Cuatro, petite guitare a 4 cordes, présent dans toutes les musiques traditionnelles vénézuéliennes.
– les maracas présentes dans toutes les musiques folkloriques vénézuéliennes souvent fabriquées avec le fruit de l’arbre qu’on appelle « TAPARO »
– la Charrasca, instrument cylindrique métallique avec des rainurages qu’on tient dans une main et qu’on frotte de l’autre main avec une tige métallique
– la Tambora, un tambour cylindrique assez haut qu’on frappe avec des baguettes) 

 

Playlist du programme :

 

Titre

Artiste

De aqui palla

Asogaitas

La grey zuliana

Cardenales del Exito

A fortachon

Cardenales del Exito

Donde queda es

Barrio Obrero

Primaro mi gaita

VHG

Las cadenas de Chavez

Happy Gaita

Alo Presidente

Gran Coquivacoa

Costumbres de un pescador

Golpe Viejo

La vida de un pescador

Puro Sabor

Homenaje a Simon Diaz

Expresion Gaitera

La Gaita a Los Medios

Melody Gaita

El indio Paraujando

Onda Gaitera

La gaita es la voz del pueblo

San Sebastian

Alma del pueblo

La Evolucion

Lien Permanent pour cet article : https://48fm.org/les-musicales-de-48fm/orinoco-la-gaita-zuliana/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :