Une journée pour parler de la résistance positive, comment transcender la souffrance au travail

Travailler devient parfois de plus en plus compliqué, d’ailleurs, les burn out, l’épuisement, les arrêts maladies ont eu tendance ces dernières années à se multiplier. Mais comment y faire face, comment transcender la souffrance au travail, réussir à entrer en résistance positive ? Et bien c’est à cette question que différents intervenants vont essayer de répondre demain toute la journée à la salle urbain 5 de Mende. Pour ce faire, la journée est organisée sur un principe d’ouverture au débat avec des professionnels de terrain de multiples horizons dans une logique de travail en réseau et d’échanges sur des questions cliniques du quotidien. Aziliz Mantel psychologue clinicienne, animatrice des Groupement d’Analyse de la Pratique Professionnelle de réseau qui organise la manifestation en lien avec la maison de l’emploi et de la cohésion sociale.

Aziliz Mantel
(en écoute clic gauche ou clic droit – « enregistrer sous »)

 

Et la journée est ouverte à tous les professionnels de terrain au tarif de 10 euros. Elle débute à 8h30 avec des interventions de Joseph Rouzel éducateur, psychanalyste, directeur de l’institut « psychanalyste et travail social » et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, d’Anne Pragout conseillère pénitentiaire et de probation au SPIP Lozère, de Céline Laporte animatrice du GEM de la Lozère et d’Aziliz Mantel.

Lien Permanent pour cet article : https://48fm.org/infos-locales/une-journee-pour-parler-de-la-resistance-positive-comment-transcender-la-souffrance-au-travail/

(2 commentaires)

    • pierron on 7 septembre 2017 at 19 h 03 min
    • Répondre

    bonjour,
    je suis étonnée que la sophrologie soit oubliée lors de cette discussion – pourtant les résultats pratiqués de cette discipline sont de plus en plus reconnus –
    la sophrologie est une méthode psychocorporelle qui invite la personne à se mettre à l’écoute de son corps, par des exercices de respiration – la respiration qui modifie certains états en cherchant dans un 1er temps à détendre les tensions musculaires – la relaxation statique qui permet dans un état près du sommeil a activé ses ressources – au delà d’une technique, la sophrologie permet de travailler sur l’être pour avoir des résultats dans sa vie pour aller mieux, avoir du bien-être
    Cordialement
    Patricia

    • FLAHAULT Brigitte on 10 septembre 2017 at 16 h 08 min
    • Répondre

    L’approche de ce sujet de la souffrance au travail tel qu’il est présenté ici par Ailiz Mantel nous donne envie de comprendre ce qu’éthique et engagement veulent dire pour tous les professionnels du soin à la personne et de découvrir ce qui les fait tenir malgré la fatigue et le découragement.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :